Translate

Monday, July 21, 2014

Cécile Bourreau, dit le Collège Central comme il est


Cher Collège Central,
Toute mon enfance, celles de ma sœur jumelle et de mon petit frère vous ont été consacrées.
Ma mère a connu votre vérité au début des années 1980 et est encore aujourd'hui une de vos plus fidèles serviteurs.
Nous avons du attendre 1996, et le rapport de l'assemblée parlementaire de la République Française sur les sectes en France, pour pouvoir nous échapper de votre secte.
Comme vous le savez probablement déjà, cher Collège Central, vous êtes une secte et une secte dangereuse.
Votre système ignore, méprise, détruit les personnes les plus vulnérables en particulier les enfants, qui vous font pourtant confiance !
Comme mon père était opposé à l'éducation que ma mère voulait nous donner, vos témoins nous ont enlevés et se sont substitués a notre famille naturelle en nous faisant croire que notre père était condamné et que nous étions orphelins.
Mais aucun n'est venu en aide à ma mère pour nous élever tous les trois. Coupés du monde, nous étions livrés à nous-mêmes, et notre mère consacrait tout son temps à jehovah au point de développer une schizophrénie avec laquelle nous avons du apprendre à nous débrouiller seuls. A l'école, nous vous avons bien représentés, nous avons respecté votre impératif de donner une image "pure" de l'organisation de Jéhovah. Nous avons supporté les moqueries et vos interdictions sans broncher. Nous avons prié pendant des années votre dieu, nous nous sommes gardés de satan, nous avons appris à devenir des martyrs et de parfaits soldats de votre organisation. Nous avons consacré tout notre temps libre à vos activités prosélytes. Pourquoi?
Nous n'avions pas d'autres choix.
Puisque tout mal vient de Satan et tout bien de Jéhovah, un jour que j'étais tombée malade, ma mère a cru que j'étais possédée. Vos témoins ne sont intervenus qu'au moment où cela devenait gênant pour l'organisation. J'étais sur le point de développer une septicémie et il aurait fallu me transfuser.
Les témoins nous ont dit que si je parlais de nos conditions de vie à quelqu'un du monde, ma soeur, mon frère et moi, nous serions séparés. Nous avons été menacés d'être "anéantis" si nous quittions l'organisation. Vous ne nous avez laissés aucune autre alternative. Nous devions subir en silence les actes et les pensées de vos témoins dévoués et déviants.
La passivité que vous professez dans les affaires du monde constitue une non-assistance à personnes en danger.
J'ai vu des anciens humilier des adeptes repentants, des enfants maltraités, en quête d'affection de parents aliénés faisant passer vos intérêts avant tout autre chose, des enfants suicidaires en grave carence affective et éducative...
Au nom de tous ces enfants victimes, je vous tiens personnellement responsables de tous les torts que nous avons subis et que nous subissons, les maltraitances et leurs séquelles physiques, psychologiques, affectives, spirituelles, éducatives.
Le jour venu, ce sera à vous, Collège Central, de rendre compte de toutes les injustices que vous perpétuez.